mardi 27 décembre 2016

Cadeaux Noël 2016 & Podcast créatif # 27





Projets terminés :
- KIRA le Kangourou de Lalylala
- Puerperium Cardigan de Kelly Van Niekerk
- Golden Pear de Melissa Thomson
- Macarons au crochet
- Chaussettes
- Coral Reef d'Asita Krebs
- Begeen d'Ouessant
- Sans-coeur (Kingdom Heart) au crochet
- Niffleur (les Animaux Fantastiques) au crochet (patron perso)
- Excess d'Anat Rodan
- Sweat Octobre d'Atelier Charlotte Auzou
- Bracelets brésiliens aux couleurs des maisons de Poudlard








mardi 13 décembre 2016

Bracelets en tricotins


Comment suis-je arrivée à cela ? Et bien tout simplement, lors de mon stage à Aubusson, j'ai été chargée de réaliser quelques démonstrations pour les tricotins à six picots que l'on vendait dans la boutique de la Cité Internationale de la tapisserie. En les réalisant, on a remarqué que ces petits boudins feraient de jolis bracelets. Et quand je suis partie, mes copines m'ont offert un tricotin : de là, j'ai promis de faire des bracelets à toutes les filles de la Cité. 

Chaque tricotin est réalisé à partir de trois fils moulinés à broder. Petit à petit, j'ai demandé à toutes les filles quelles étaient leurs couleurs préférées afin de leur faire des bracelets personnalisés. J'ai adoré les faire, chercher la bonne combinaison de couleurs. En plus c'est très rapide à réaliser ! Une fois que le boudin fait le tour du poignet, je suppose qu'il suffit de le fermet avec un double nœud : le coton est légèrement élastique, ce qui permettrait d'enfiler le bracelet. Je parle au conditionnel, parce que je n'en ai pas encore fait pour moi, donc je n'ai pas testé. En tout cas, je trouve que le résultat est vraiment chouette et j'en referais probablement !


jeudi 8 décembre 2016

Podcast créatif # 26


Projets terminés :
- Châle du lapin blanc (voir l'article ci dessous)
- Tricotins
- Eléments de dînette au crochet

dimanche 20 novembre 2016

Le Châle du Lapin Blanc (Tokerau Shawl de Françoise Danoy)



Cette année encore, pour l'anniversaire de ma maman, j'ai décidé de lui faire un châle. Mais cette fois, je voulais un châle qu'elle pourrait porter autour de son cou à la moindre sortie. Si au départ j'étais partie sur l'Exploration Station de Stephen West, la découverte d'une laine d'une incroyable douceur à changer mes plans. J'ai donc réalisé le Tokerau Shawl de Françoise Danoy. Ah, et pourquoi le châle du Lapin Blanc ? Parce que ma maman adore Alice aux pays des merveilles, et surtout parce que je l'ai terminé avec 15 jours de retard. 



Commençons par la laine, puisque c'est elle qui a bouleversé mes plans originaux. En septembre dernier, alors que j'étais à Aubusson, je suis allée au Forêt Follies, festival qui se tenait en forêt de Chabrières, à côté de Guéret. Ce qui m'a décidé à y aller, c'est la présence de Candy Wool, une teigneuse indépendante. Sur son stand, il y avait une nouvelle qualité : la mérisilk, 50 % mérinos, 50 % soie. Evidemment, après avoir plongé mes mains dedans, impossible de repartir sans en embarquer ! Il fallait absolument que je tricote ça pour ma maman. Le choix fut difficile car, budget oblige, je ne pouvais pas garder le choix de l'Exploration Station qui nécessite quatre couleurs. C'est donc avec un gris très un clair et un gris anthracite que je suis repartie (désolé, ils n'avaient pas de jolis petits noms). Ma maman allait enfin avoir son châle gris ! La mérisilk de Candy Wool est très agréable à tricoter. Elle est douce, légère, on a l'impression de tricoter un nuage (et du coup le châle est super léger). Le seul petit défaut, c'est qu'elle se dédouble assez facilement et donc il faut faire attention de ne pas piquer en plein milieu du fil - mais ça, c'est peut-être à cause de la composition, donc c'est pardonnable. Si vous avez l'occasion de tester cette petite douceur, foncez !



Lorsque j'ai dû changer de patron, j'avais une idée très précise en tête : je voulais un châle en demi-lune, avec des bandes de dentelles, en somme quelque chose de très féminin. Le Tokerau Shawl de Françoise Danoy a parfaitement répondu à mes attentes ! Et en plus, il est gratuit, que demander de plus ? C'est donc une alternance de jersey "bourgeonné" et de dentelle, qui se termine par une bande de point mousse (et des picots, que je n'ai pas fait). Rien de bien compliqué, mais je dois dire qu'il fallait que je sois très attentive lors des sections de dentelle. J'avais tendance à prendre confiance trop vite et à me retrouver en fin de rang à ne pas finir comme je le devrais : l'erreur était bien évidemment en début de rang, et la dentelle, ce n'est pas marrant à détricoter ! La fin du châle a demandé beaucoup de motivation, parce que le nombre de mailles devenait très conséquent : j'ai compté un peu plus de 450 mailles avant de rabattre. La créatrice conseille ensuite un blocage agressif, et il faut bien ça pour révéler la beauté de ce design. Donc voilà, ma maman a un magnifique châle tout doux, et moi je suis très contente !

jeudi 17 novembre 2016

Podcast créatif #25



Projets terminés :
- Châle Akène de Bérangère Caillot (Riverside Studio coloris Periwinkle et Borage)
- Chaussettes une Soirée à Magic Town (modèle Pumpkins Socks, laine Rico Design Superba Las Vegas)
- Lalylala, Vlad la chauve souris vampire
- Puerperium Cardigan de Kelly van Niekerk (laine acrylique)
- Tshirt sans emmanchure de l'Usine de Bulle
- Short châtaigne de Deer and Doe

Projets en cours :
- Chaussettes en Holtsgarn Highland coloris Berry
- Tokerau Shawl de Françoise Danoy

Achats : 
- Echeveau de Phydeaux Designs coloris Gilde
- Coupons de tissus de H&E Tissus

dimanche 13 novembre 2016

Klaus le Grand, la chauve-souris de Lalylala


Ce joli doudou faisait parti de mes projets halloweenesques de cette année. Quand j'ai découvert Lalylala il y a un peu plus d'un an maintenant, c'est sur ce modèle que j'avais tout de suite flashé : le voilà maintenant crocheté !

Klaus a mis plus de temps que prévu à être terminé : outre les deux pauses imposées par un manque de matériel, de nombreuses pièces le composent - rien que pour les oreilles, il faut en faire quatre ! Pour avoir une taille assez importante, je l'ai crocheté en 3,5, ce qui donne chez moi un doudou de 46 cm de haut, oreilles comprises. Le patron est évidemment très clair, et la seule modification que j'ai faite est de ne pas avoir crocheté la cape dans une taille de crochet et de fil plus petite : j'ai donc fait moins de rangs que prévu et réalisé les doubles brides plus tôt (j'aurais pu faire un rang de plus, mais flemmardise oblige...). Bien que je l'aime beaucoup, je trouve dommage qu'on aperçoive le rembourrage à travers les mailles (probablement parce que j'en ai trop mis...). Conclusion, si ce charmant vampire vous inspire, bien évidemment, je ne peux que vous recommander ce patron

       





La cape, double pour être bicolore, est cousue au niveau du cou, mais attachée aux extrémités des bras par des boutons pressions. 

Pour les yeux, j'ai utilisé des yeux de sécurité de 8 mm.

        

dimanche 23 octobre 2016

Akène de Bérangère Cailliau


Il est temps que je vous présente mon dernier châle, le Akène de Bérangère Cailliau


Cela fait plusieurs mois que j'avais prévu de réaliser ce projet. Je me le gardais pour l'été, et finalement je ne l'ai commencé qu'en septembre. Tout en nuances de bleu, c'est un châle qui se voulait frais - d'où l'envie de le tricoter en été. 

Le patron. J'avais eu un énorme coup de cœur en début d'année pour ce châle et surtout pour le point d'orme. Qui aurait cru que c'est justement ce point qu'il allait tant me ralentir à la fin ? Le patron en soit n'est pas compliqué, il est même plutôt très facile. Alors au début, tout va vite, ça monte, ça monte... Et puis plus on arrive vers la fin, plus c'est long... surtout les sections de point d'orme. En effet, ce point se fait sur une base de jersey et sur les rangs envers. Déjà que je tricote moins vite quand je fais des mailles envers, je ne vous dis pas le temps que je passais pour faire seulement un rang arrivée à la dernière section - entre 15 et 20 min si vous vous le demandez. Du coup, pour finir ce châle, il m'a fallu une sacrée dose de motivation ! Le seul petit changement que j'ai opéré, c'est d'avoir supprimé les deux derniers rangs. 1 parce que j'en pouvais plus et 2 parce que je voulais garder assez de laine pour pouvoir faire des mitaines avec mes restes. Comme à mon habitude, j'ai pris une taille d'aiguille au dessus pour me garantir un châle suffisamment grand, j'ai donc tricoté en 3,75 et non en 3,5. Le blocage a été assez comique : 15 000 épingles plus tard, j'ai un beau triangle bien étiré. Ce blocage assez agressif a permis de révéler le point d'orme. Résultat : un magnifique Akène bleu que j'adore, ça en valait la peine ! 

La laine. J'ai opté pour de la marque Riverside Studio, en qualité Superwash Merino Nylon Sock (384 m pour 100 g). J'avais entendu parlé de cette laine canadienne teinte à la main sur les réseaux sociaux, et en allant voir les coloris, j'étais conquise ! Choisir n'a pas été une mince affaire. J'avais une nette préférence pour le coloris Periwinkle / Pervenche (le bleu le plus foncé) et ce fut dur de lui choisir le bon compagnon. J'ai jeté mon dévolu sur le coloris Borage, qui était sur certaines photos présenté à ses côtés. Cette laine est très agréable à tricoter, très douce. Et vous savez quoi ? Au final, je préfère le coloris Borage, qui me fait penser à des hortensias bleus. J'aurais préféré un Periwinkle plus pigmenté. En tout cas, il était certain que ces couleurs allaient bien se marier : Borage a des tâches de bleu de l'exact même couleur que Periwinkle. Je pense qu'il n'est pas impossible qu'un jour je prenne à nouveau de la Riverside Studio - mais il y a tellement d'autres marques que j'aimerais tester avant, c'est duuuur !

Voici donc ma version du châle Akène de Bérangère Cailliau. Super patron (même si la fin m'a semblé interminable) et très jolie laine. Un grand châle tout léger mais qui tient chaud quand même, et que je prends plaisir à porter : que demander de plus ?

vendredi 14 octobre 2016

Podcast créatif # 24



Projets terminés : 
- Chaussettes de la forêt (laine Schopper Wolle, Crazy Zauberball coloris Aroyo)
- Lalylala, 4 Seasons Halloween (coton Phil coton 3 de Phildar et DMC Natura)
- Dinette au crochet
         Croissant issue de Gourmandises au tricot et au crochet de Françoise Vauzeilles
         Côte de boeuf issue de Ma dinette au crochet de Cendrine Armani

Projets en cours : 
- Châle Akène de Bérangère Caillot (Riverside Studio coloris Periwinkle et Borage)
- Chaussettes une Soirée à Magic Town (modèle Pumpkins Socks, laine Rico Design Superba Las Vegas)
- Lalylala, Vlad la chauve souris
- Nimuë, "Des crêpes !"
- Bracelets en tricotin
- Boite à décor pyrogravé sur le thème Harry Potter / Poufsouffle

mardi 11 octobre 2016

Edgar Cowl


Il y a deux mois, j'ai entrepris de réaliser un projet en hommage à ma boule de poils qui venait de s'endormir pour de bon. Étrangement, la nature de ce projet m'est venu presque automatiquement. J'ai donc décidé de tricoter le "3 Color Cashmere Cowl" de Joji Locatelli, aux couleurs de son pelage.

C'est un snood que j'ai réalisé entièrement en coton, de la Phil Coton 3 de Phildar. Je suis extrêmement fan de ce coton : il est doux, facile à tricoter, donne un beau rendu, se dédouble rarement, bref un bonheur. L'avantage d'avoir fait ce cowl en coton, c'est qu'il a plus de tenu, plus je pense que si je l'avais réalisé avec de la laine. Il est agréable, il tient chaud mais pas trop, idéal pour la mi-saison. 
Quand au modèle, il est très simple, varié, on ne s'ennuie vraiment pas à le faire. La seule chose que j'ai modifié, c'est la hauteur de la bande contrastante, que j'ai réduite, trouvant que c'était assez large. Ceci dit, il n'est pas si simple à porter : on aimerait que chaque section se voit, mais ce n'est pas toujours le cas ! Je regrette juste de ne pas avoir fait les côtes du haut également en noir (histoire que ça se salisse moins vite). 

Ce tricot est vite tombé de mes aiguilles. J'avais l'impression qu'il fallait que je le fasse tout de suite, le plus vite possible. Je suis contente de ce projet. J'ai l'impression qu'Edgar est avec moi quand je le porte. Enfin voilà, un projet de plus que je voulais partager avec vous. 

dimanche 9 octobre 2016

Les petits monstres de Lalylala


Comme beaucoup de personnes, je suis fan du travail de Lalylala et je trouve ses peluches au crochet tout simplement magnifiques. Depuis l'année dernière, des minis sur le thème des quatre saisons ont vu le jour, et jusqu'à aujourd'hui, j'avais réussi à résister. C'était sans compter sur ce nouveau trio sur le thème d'Halloween. Bon là, j'ai été faible.



J'ai commencé la série avec le zombie Brian, que j'ai renommé Shaun (en référence au film Shaun of the dead). Bien évidemment, si j'ai décidé de commencer par lui, c'est parce que j'étais juste ultra curieuse de voir comment on faisait son cerveau ! Un peu moins ravie une fois arrivée à cette étape, parce que ce n'est pas le plus rapide à faire... Mais qu'importe, ça valait le coup, il est génial ! Et c'est vraiment cet énorme cerveau qui le rend aussi adorable. Tout est fait en coton (pour les autres aussi), c'est un petit concentré de douceur !




Ce fut ensuite le tour du monstre de Frankenstein ! Prénommé Frank par la créatrice, j'ai décidé qu'il s'appellerait plutôt Victor, comme son papounet ! J'adore les petits détails que sont les boulons et la cicatrice, sans ça il n'aurait pas été aussi trognon. Bien évidemment je l'ai fait en vert, ce qui ajoute un peu de pep's à ce trio ! C'est d'ailleurs à cause de lui que je me suis offert le Frankenstein de Mary Shelley cet après midi en brocante, ce grand classique de la littérature ! 



Le squelette mexicain Diego... J'étais moins motivée pour le crocheter celui là, je ne sais pas pourquoi. Mais je voulais que le trio soit au complet, donc je me suis lancée. J'ai tenu à faire une petite broderie sur le masque pour le rendre moins tristounet et je suis contente du résultat. Bon le chapeau, ça m'a gonfler et en plus j'ai du changer de fil, un peu plus gros que le précédent, ce qui fait que le chapeau est un peu grand. Mais une fois terminé, j'étais très contente parce qu'il est vraiment mignon. Je lui ai cherché un autre nom : j'ai opté pour Eduardo.



J'ai grandement apprécié crocheter ces trois loulous. Le patron est disponible en français et il est très bien expliqué, bien présenté, y'a rien à dire. J'aurais presque déjà envie de leur faire des petits copains ! Parce que oui, des petites peluches comme ça, y'en a d'autres... Est-ce que ce ne serait pas un défi trop choupi que de tous les crocheter ? Ça me tente beaucoup. Si j'ai le temps, je pense que les prochains seront ceux sur le thème de Noël, on verra bien. En tout cas, vive Lalylala

Si toi aussi t'as envie de dégainer ton crochet sur ce patron, clique ici.

mercredi 5 octobre 2016

TAG Tricot

Lancé par Caro alias HeyPaulette, ce TAG a pour but d'en connaitre un peu plus sur sa pratique du tricot. De fil en aiguille, j'ai fini par être taguée moi aussi, par Féemarine (IG) du podcast Fun with yarns. Donc voici mes réponses, en vidéo et résumées (si si c'est résumé) à l'écrit pour ceux qui ne veulent pas se taper 46 min de blabla !



Le tricot. Pourquoi ? Comment as-tu commencé ? 
C'est venu du jour au lendemain. A la fin de ma deuxième année de licence, j'ai repris le point de croix et dans la foulé je me suis dit pourquoi pas essayer le tricot. Ca m'a plu mais je n'en faisait qu'occasionnellement, c'est à partir du moment où j'ai regardé des podcasts créatifs que le tricot est devenu une activité récurrente de mon quotidien.
Qu’est-ce que t’apporte le tricot ? 
Comme toutes activités, il peut permet d'assouvir mon besoin de créativité. Depuis que je suis entrée à la fac je ressens le besoin de "bricoler" quelque chose en permanence, le tricot m'aide à ça. Aussi, devenant de plus en plus exigeante au niveau vestimentaire, je trouve plus facile de faire ses propres vêtements, en couture comme en tricot, plutôt que de passer des heures à errer dans les magasins en espérant trouver ce que l'on cherche.
Ton premier ouvrage ? 
Mon premier ouvrage, si je me souviens bien, fut une écharpe au point de riz d'un violet qui ne passe pas inaperçu, pour un copain qui allait au Canada à la rentrée suivante - et c'est qui m'avait demandé cette couleur !
Une vraie séance de tricot : où, quand comment et combien de temps ? Et sinon, dans la vraie vie, ça se passe comment ? 
L'idéal, c'est d'être posée dans un endroit douillet (lit/canapé/fauteuil), en train de regarder un bon film / série si le tricot ne demande pas trop de motivation, à écouter de la musique si au contraire il faut que je me motive à tricoter. En réalité, je suis la plupart du temps plantée sur une chaise devant mon ordi.
Un endroit dédié (atelier, craftroom…) ? 
Je rêve d'avoir un atelier... un jour peut être ! En attendant je me contente du salon et de ma chambre.
Tricotes-tu en public ? 
Je n'ai pas souvent l'occasion de le faire mais ça m'est déjà arrivé et ça ne me dérange absolument pas.
Que pense ton entourage du tricot ? 
Globalement c'est du positif, beaucoup sont admiratifs. Ceci, souvent ça faire rire mon père et ça exaspère mon frère qui préférerait que je joue aux jeux vidéos !
Aiguilles droites ou circulaires ? 
Aiguilles circulaires, c'est plus confortable et c'est plus facile à ranger. Mais je n'abandonne pas les aiguilles droites pour autant, que j'utilise en général pour de petits objets tricotés.
Circulaires ou quatre aiguilles ? 
Circulaires aussi. J'ai essayé les quatre aiguilles, je ne trouve pas ça inintéressant, mais tricotant assez près de mon visage, j'avais l'impression que j'allais me crever un œil toutes les deux minutes !
Magic loop ou aiguilles 23 cm ? 
Par défaut magic loop parce que je n'ai jamais testé les 23 cm. Le magic loop ne me dérange pas, je le trouve pratique, mais qui sait un jour je testerai peut être les mini aiguilles.
Quelle est ta taille d’aiguilles préférée ? 
Je n'en ai pas.
Quelle est ta marque d’aiguilles préférée ? 
Hiya Hiya. J'ai acheté mon premier kit dans cette marque et j'en suis pleinement satisfaite, car j'apprécie quand c'est bien pointu. Mais je vais tester dans pas longtemps des aiguilles Knit pro zing grâce à Magali (latelierduventdesplaintes sur IG) !
Quelle est ta matière préférée ? 
Pour les aiguilles, le métal parce que j'aime quand ça glisse tout seul. Pour la laine, je n'ai pas eu l'occasion de tester beaucoup de matière différente, donc pour l'instant, c'est le mérinos et soie.
Laine single ou retordue ? 
Retordue ! Trop de mauvais souvenirs avec le single qui se casse sans arrêt...
Quel avis sur l’acrylique ? 
La question qui fâche ahah ! Le seul point noir de l'acrylique, de d'autres fibres synthétiques, c'est que ce soit issu de l'industrie pétrochimique. Pour l'environnement c'est bof. Mais après, faut dire ce qui est : c'est pratique, surtout quand tu veux pas dépenser trop de sous. Si je dois en acheter, je fais maintenant très attention, prendre de l'acrylique doux, qui est agréable à tricoter (parce que je déteste quand ça accroche les aiguilles).
Quelle est ta marque de laine «industrielle » préférée ? 
J'ai souvent eu affaire à Katia et y'a des qualités très sympas dans cette marque, donc je dirais ça, mais là encore je n'ai pas testé grand chose.
Quelle est ta marque de laine teinte à la main préférée ? 
Même problème, je n'ai pas testé beaucoup de marque. J'ai beaucoup aimé tricoter LaFéeFil, et j'ai hâte de tester la Candy Wool !
Quels sont tes revendeurs préférés (en ligne et boutique physique) ? 
En ligne, Laine&tricot : j'aime beaucoup le choix qu'ils offrent et je n'ai jamais eu de problème en achetant sur leur site. En boutique physique, comme ne pas choisir la Lainerie à Bordeaux ! J'adore ce magasin.
Quelles laines as-tu envie de découvrir ? 
De Rerum Natura et Lily Neige. Mais faut trouver le projet adéquate.
Quelle est la taille de ton stash ? 
Trois cartons de laine pour le tricot (c'est déjà trop !), plus un carton de coton, mais ça c'est surtout pour le crochet.
Comment choisis-tu ta laine ? 
Ça dépend, soit c'est la laine qui me fait envie et j'essaye de trouver un projet, soit c'est l'inverse.
Un no-buy est-il envisageable ? 
Oui et non. Disons que j'essaye d'acheter le moins possible pour diminuer mon stock.
Tu tricotes lâche ou serré ? 
Serré.
Échantillon : bonne ou mauvaise élève ? 
Mauvaise dans le sens où je n'en fais pas pour chaque projet. Mais ça me parait indispensable pour les pulls et gilets, moins pour les châles et autres accessoires (même si j'ai déjà eu des surprises).
Pour ou contre le blocage ? 
Ni pour ni contre. Mais si on peut éviter de tirer le tricot à quatre épingles, je préfère (mais pour les châles, je suis obligée sinon ils sont trop petits !).
Quel est l’ouvrage dont tu es la plus fière ? 
Je pense que c'est le South Bay Shawlette que j'ai fait pour ma tante (même si c'est du crochet !). Je pense qu'à partir du moment où on fait quelque chose de beau, qu'on réussit techniquement, on est fière.
Quel est ton pire boulet ? 
Mes chaussettes en jacquard avec des poissons. No comment.
As-tu déjà patronné ? 
Non, mais ça ne m'étonnerait pas que l'idée me vienne un jour.
Quel est ton dernier coup de cœur pour un patron ? 
Cantrip Beanie and Mitts de Mélanie Berg.
Teinture ? Filage ? Tissage ? 
Comme beaucoup de personnes, la teinture m'intéresse beaucoup, notamment la teinture végétale, et il faut vraiment un jour que je me prenne le temps de tester. Le filage ne m'attire absolument pas (et heureusement, j'ai déjà suffisamment de choses qui me tentent !). Et le tissage, j'ai un petit métier à tisser si l'envie me prend.
Tes chaussettes idéales, elles sont tricotées comment ? 
On commence par les orteils par un Turkish cast on, 68 mailles pour être à l'aise, un petit motif pour rythmer le tricot, afterthought heel / talon en rangs raccourcis, chaussettes pas trop hautes, juste de quoi recouvrir la cheville, et côte 2/2.
Je tricote pour moi ou pour les autres ? 
Les deux. L'avantage quand on tricote pour les autres, c'est qu'on peut tester de nouvelles choses sans encombrer ses placards ! C'est surtout le processus créatif qui me plait, plus que l'objet fini.
Une anecdote tricotesque ?
Quand je tricotais l'écharpe violette pour mon ami qui partait au Canada, je commençais à peine le tricot, donc je n'allais pas vite. J'étais en vacances chez ma grand-mère et à plusieurs reprises, elle m'a demandé si je ne voulais pas qu'elle m'avance pour que l'écharpe soit finie plus vite. Je lui disais que non, je devais la réaliser de A à Z. Une après-midi, je suis allée chez ma cousine, et en rentrant, je me pose sur le canapé et prends mon tricot. Tiens, il me parait plus grand... Dis moi mamie, t'aurais pas tricoter sur mon écharpe en mon absence ? S'en suit un sourire malicieux de sa part : elle n'a pas pu s'en empêcher ! Ça m'avait fait beaucoup rire. 
Quelles sont tes autres activités créatives ?
Broderie, crochet, dessin, pixel art, tissage, pyrogravure (bon ça faut vraiment que je m'y mettes), couture, DIY en tout genre... C'est déjà pas mal non ?

jeudi 22 septembre 2016

Lectures sur la teinture végétale

Bien le bonjour tout le monde ! 
Ça faisait longtemps que je n'avais pas écrit un vrai article, je vais essayer de me rattraper le mois prochain parce que je dois vous montrer plusieurs de mes projets terminés. Mais pour l'heure, je voudrais vous parler de deux livres traitant de la teinture végétale, que j'ai emprunté au Centre de documentation de la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson. 
La teinture végétale est un sujet qui m'intéresse depuis quelques mois maintenant. Et oui, moi aussi j'ai envie d'essayer de teindre mes laines, et pourquoi pas même des tissus ! C'est que ça à l'air vraiment sympa à faire ! Mais pourquoi la teinture végétale ? Peut-être parce qu'elle découle d'un savoir-faire ancestral - et vous savez, plus c'est vieux, plus ça m'appâte -, peut être également parce que j'aime l'aspect écologique de cette pratique - c'est mieux que le chimique qui pollue - et peut-être aussi parce que j'ai envie de jouer à la petite sorcière avec ses marmites et ses plantes qui envahissent sa cuisine ! 


Michel Garcia, Couleurs végétales, teintures, pigments et encres, Edisud, 2002.
C'est le livre par lequel j'ai commencé ma lecture. Il n'est pas uniquement centré sur la teinture : il parle également de peinture et d'encre à réaliser soit même avec des pigments. La principale qualité de cet ouvrage c'est qu'il est très pédagogique. Etant donné que les fibres cellulosiques (lin, coton, chanvre...) sont plus difficiles à teindre que les fibres protéiques (laine, soie), elles sont traités séparément. Pour la teinture de la laine, l'auteur donne des petites recettes plutôt simples autour de trois couleurs : le rouge, le jaune et le bleu. Pour chaque couleur, on aborde un minimum de plantes : garance pour le rouge, gaude pour le jaune, indigo pour le bleu (l'indigo fait l'objet d'un chapitre à part entière car particulier), auxquels se rajoutent d'autres plantes que l'on évoque seulement. A partir de là, un tableau récapitulatif vous explique comme faire d'autres couleurs comme du vert, du rose, du orange à partir de ces quelques recettes. Pour les tissus, plusieurs "ateliers" sont proposés pour explorer les différents procédés permettant de les teindre. C'est un livre très abordable, si abordable que l'on pourrait presque si mettre de suite : quelques ingrédients à acheter, de la laine ou un carré de coton et hop, c'est parti ! Ce livre est pensé pour des débutants car il invite à s'initier à la teinture végétale par des recettes simples (mais certaines demandent un peu d'expérience tout de même) et par des ateliers permettant de mettre en application ce que l'on lit. Donc je recommande fortement si comme moi vous n'y connaissez rien et que vous souhaitez connaitre quelques astuces pour débuter. 


Catherine Willis, Teintures et couleurs naturelles, Dessain et Tolra, 2001.
Pour commencer, il faut bien dire une chose : ce bouquin est très beau. Les photos sont superbes, le graphisme est sympa, ça donne envie de s'y mettre. La première partie du livre se concentre sur les principes de bases : le mordançage, le jus de fer, l'eau de cendre etc. De ce côté là, c'était un très bon complètement avec le premier ouvrage. Ensuite, l'auteur présente quarante plantes tinctoriales, réparties selon la saison à laquelle on les récolte. Pour chaque plante, elle donne la recette de teinture correspondante. Ce livre n'est pas du tout fait pour les débutants. Bien que certaines recettes soient plutôt simples, d'autres sont plus compliquées, nécessitant plus de temps, plus de matériel, d'être plus pointilleux. Il fut très intéressant à lire, mais je pense qu'il faut déjà avoir une certaine expérience de la teinture végétale, et qu'il est plus là pour élargir sa palette de teintes plutôt que pour montrer à des débutants comment faire pour teindre avec des végétaux. Ceci dit, l'ouvrage à l'avantage de faire prendre conscience de l'infini patience dont on doit faire preuve quand on se lance là dedans : la teinture végétale est une opération lente et rigoureuse - j'ajouterai même poétique ! Et ça, c'est très inspirant je trouve. Pour conclure, c'est un très beau livre que je reconsulterai si un jour la teinture végétale est pour moi plus familière. 

Je ne sais pas quand est-ce que je me mettrais derrière ma marmite pour teindre quelque laine ou carré de coton avec des plantes achetées ou trouvées en pleine nature. En tout cas, ces livres m'ont donné très envie, je vous en recommande la lecture si vous les trouvez dans votre bibliothèque ou autre part, et j'espère ne pas trop tarder à vous montrer ma première expérience de teinture végétale ! 

Podcast créatif # 23


Broderie : 
- Scène de chasse, fil Créades (coloris le Palais) et fil de Jardin Secret (coloris Nuage et nuée)

Crochet :
- Sac à provision (tuto ici)

Tricot : 
- Chaussettes de la forêt en laine Schopper Wolle, Crazy Zauberball coloris Aroyo
- Châle Akène de Bérangère Caillot, en laine Riverside Studio coloris Periwinkle et Borage

Achat : 
- Laines 100 % mérinos et mérisoie (50 % mérinos 50 % soie) de Candy Wool

dimanche 4 septembre 2016

Podcast créatif # 22




Tricot :
- 3 Color Cashmere Cowl (modèle Joji Locatelli, laine Phildar Phil coton 3 (noir, blanc, girafe), aiguille n°3,25)
- Chaussettes de la forêt (laine Crazy Zuaberball de Schopper Wolle, coloris Aroyo, aiguille n°2,5)

Crochet :
- Couverture au crochet (laine DMC Colbert, crochet n°4)

Point de croix :
- "Scène de chasse", avec le fil Port le Palais de CréAdes

samedi 20 août 2016

Podcast créatif #20 et #21

Je suis complètement à la bourre...
Voici donc l'épisode 20 et 21 du podcast créatif :


Tricot : 
- Chaussettes poissons (laine Regia unie, aiguille n°2,5)
- Pull Sea Nymph (modèle DROPS, laine Gifi, aiguille n°5)
- 3 Color Cashmere Cowl (modèle Joji Locatelli, laine Phildar Phil coton 3, aiguille n°3,25)

Crochet :
- Couverture au crochet (laine DMC Colbert, crochet n°4)

Point de croix :
- "La tite cabane" d'Isabelle Haccourt Vautier
- "Scène de chasse", avec le fil Port le Palais de CréAdes

vendredi 12 août 2016

Mon petit Edgar

Le 29 janvier 2012, un adorable petit être est arrivé dans ma vie. Edgar était un cochon d'inde unique, qui m'a accompagné durant toutes mes années de fac. Grâce à lui, j'étais moins seule dans mon petit appartement d'étudiante, et comme tout animal de compagnie, il m'a beaucoup apporté. C'était mon petit bébé, un petit rayon de soleil qui illuminait chacune de mes journées. Mais ce 10 août dernier, ce petit rayon s'est éteint. Cela faisait quelques mois que j'y pensais, que j'essayais de m'y préparer parce qu'elle vieillissait ma petite boule de poils. Mais c'est toujours difficile quand ça finit par arriver. J'aurais voulu qu'il reste plus longtemps avec nous, qui ne s'en aille pas alors que j'étais loin de lui. Maintenant il faut l'accepter et surtout garder en tête tous les bons moments qu'on a passé ensemble. 

lundi 18 juillet 2016

Podcast créatif # 19


Projets terminés

- Broderie d'après Charles-Germain de Saint-Aubin
- Coussin pique-aiguilles avec les initiales de Marie-Antoinette au point de croix
- Chaussons d'Ouessant (non présents dans la vidéo, tête de linotte !)
- Pochon (tuto photo ici)

Projets en cours 

- Chaussettes avec poissons en jacquard (laine Regia)
- Point de croix " La tite cabane " d'Isabelle Haccourt Vautier

Projets à venir 

- MKAL Chaussettes de Rich Ensor sur le thème du Hobbit

mercredi 29 juin 2016

Chaussons bretons ou Begenn d'Ouessant (tuto aiguilles circulaires)


Et si on mettait un bout de Bretagne sur nos pieds ?

Une amie à moi m'a demandé si je pouvais lui tricoter des "chaussons bretons", les siens étant troués. Après deux-trois clics, j'ai trouvé sur ce blog les explications des chaussons de l'île d'Ouessant. J'ai commencé par faire un petit prototype, pour voir si je comprenais les explications, n'ayant jamais tricoté quoi que ce soit avec des aiguilles doubles pointes. Je me suis lancée par la suite à la confection des chaussons, mais en adaptant les explications à des aiguilles circulaires. J'ai utilisé des aiguilles 4 mm, un peu au pif je dois dire, et ça s'est avéré être une bonne taille ! Je partage avec vous le "patron" si vous êtes intéressés par ce petit projet :


  • Pointe du pied :
    Monter 9 mailles et tricoter 9 rangs de point mousse.
    Relever 9 mailles sur les trois autres côtés du carré pour pouvoir ensuite tricoter en rond. Répartir les 18 premières mailles sur l'aiguille 1, les 18 dernières sur l'aiguille 2.
  • Corps du pied :
    Tricoter les trois premiers rangs en rond et en jersey ainsi (tricoter les jetés par le brin arrière) :
    Rang 1 : 1 m, un jeté, 9 m, un jeté, 9 m, un jeté, 9 m, un jeté, 8 m.
    Rang 2 : 1 m, un jeté, 10 m, un jeté, 10 m, un jeté, 10 m, un jeté, 9 m.
    Rang 3 : 1 m, un jeté, 11 m, un jeté, 11 m, un jeté, 11 m, un jeté, 10 m.
    Tricoter toujours en jersey jusqu'à 8 cm avant le talon.
  • Languette :
    Tricoter 2 m, les passer sur l'aiguille 2, tricoter 8 m et passer les 14 m restantes sur l'aiguille 2.
    Tricoter quelques rangs au point mousse en glissant la première maille de chaque rang pour former la languette et rabattre les 8 m.
  • Côtés du pied :
    Tricoter le reste des mailles en aller et retour, en tricotant les 8 mailles de chaque extrémité au point mousse, le reste en jersey, sur 12 rangs.* Glisser la première maille de chaque rang.
  • Talon :
    Tricoter 23 25 m, 2 m ensemble, tourner ; 11 m. env, 2 m ensemble env, tourner ; 11 m, 2 m ensemble, tourner ; 11 m env, 2 m ensemble env, tourner. Continuer ainsi en jersey jusqu'à avoir tricoter toutes les mailles en jersey du côté du pied, puis continuer de même au point mousse (11 m, 2 m ens, tourner, 11 m, 2 m ens, tourner...) pour que cela corresponde au mousse/jersey du côté du pied. Une fois terminé, rabattre.
* Dans les explications originales, une augmentation est faite à chaque extrémité du premier rang. Je ne l'ai pas faite, ne la jugeant pas indispensable, mais vous pouvez très bien les faire.



J'adoooooore ces chaussons ! Premièrement, ils ne demandent pas beaucoup de laine : une pelote de 50 g. m'a largement suffi pour faire la paire. De plus, il n'y a aucune couture et ils sont donc aussi agréables à porter qu'une paire de chaussettes - en faite, ce sont des chaussettes bien épaisses ! J'espère que mes explications sont suffisamment claires (n'hésitez pas à me dire si quelque chose ne l'est pas !) et que vous prendrez plaisir à tricoter ces chaussons ! 

mercredi 15 juin 2016

Escapade au Mont Saint-Michel


Il y a quinze jours, je suis partie au Mont Saint-Michel, une escapade privilégiée au sein de cet îlot perdu entre Bretagne et Normandie...

Durant tout mon premier semestre de Master 2, j'ai eu le droit à un cours plus que complet sur ce monument d'exception : et si certaines personnes n'en pouvaient plus à la fin, moi j'étais toujours partante pour en apprendre plus. Il faut dire que les monastères me fascinent quelque peu, et puis j'ai toujours eu un faible pour l'art du Moyen-âge. Ça s'est ressenti d'ailleurs dans mon devoir d'évaluation, puisque mon prof m'a gentillement demandé sur la route " mais qu'est-ce que vous foutez en histoire de l'art moderne ? ", sous entendu " mais pourquoi vous n'êtes pas en art médiéval " ! Bref, quand j'ai appris qu'un voyage d'étude allait être organisé pour compléter notre cours, autant vous dire QUE J’ÉTAIS PLUS QUE GRAVE PARTANTE ! 

En tant qu'étudiants en histoire de l'art, on a eu quelques petits privilèges... comme un trousseau de clés pour pouvoir aller dans des endroits interdits au public ! Ci-contre par exemple, on était au niveau de la toiture du chœur de l'église : heureusement que les rambardes en pierres étaient bien hautes et épaisses, sinon mon vertige m'aurait pourri mon expérience ! Ce sont étrangement les endroits les plus fantastiques... Quand on est dans les hauteurs, les cheveux au vent, le regard perdu au loin, on se ressource vraiment. J'ai beaucoup aimé Notre-Dame-sous-terre : je me suis assise sur un banc, adossée au mur frais et malgré le discours en fond de mon prof, l'endroit était calme, reposant, spirituel... Et vous saviez que le monastère fut une prison au XIXe siècle ? On a visité de tous petits cachots, si sombres que l'application lampe-torche du smartphone était bien pratique pour se rendre compte de l'étroitesse des lieux et de l'oppression qu'on y ressent (dans le plus petit des deux, qui doit pas dépasser les 4 m², je peux vous assurez que je ne me sentais absolument pas à l'aise...). On a gravi plusieurs escaliers interminables en colimaçon, parcouru de petits passages secrets... On a visité le monastère du Mont Saint-Michel de fond en combles, un privilège incroyable !


Je ne suis pas quelqu'un de religieux, je ne crois ni ne crois pas en l'existence d'un quelconque dieu, mais j'ai toujours aimé visiter les lieux de culte : j'aime faire le tour de la cathédrale du coin et j'y trouve toujours un calme très reposant. Le Mont Saint-Michel, c'était très spécial. C'est avant tout un monument touristique, il y a du monde partout et il est difficile de profiter de la spiritualité des lieux - sauf à certaines heures, quand il n'y a pas grand monde. Il n'empêche que si vous n'y avez jamais mis les pieds, je ne peux que vous conseillez d'aller cracher vos poumons en montant les innombrables marches qui vous conduisent à l'abbaye. C'est un lieu tout simplement magique, que ce soit par son environnement, une petit île nichée entre Bretagne et Normandie, que par toutes les prouesses techniques qui ont été mises en oeuvre pour construire un monument aussi unique. On en ressort des étoiles plein les yeux...


Tout ce que j'avais appris en cours a pris une toute autre signification une fois sur les lieux - et je vous conseille de faire une visite guidée plutôt qu'une visite libre, se sera bien plus intéressant. On ne peux s'empêcher de se demander pourquoi les hommes de l'époque ont eu cette idée folle durant des siècles de construire un aussi beau sanctuaire sur un rocher escarpé qui les a conduit à entreprendre des travaux colossaux, qui se soldaient parfois par des effondrements. Peut-être tout simplement parce que le lieu était exceptionnel et que rien n'était trop beau, trop difficile d'exécution pour leur cher Dieu. J'essayais parfois aussi de m'imaginer les personnes qui ont pu fouler avant moi les dalles de pierres sur lesquelles je déambulais, de la chance qu'ils avaient eu d'avoir ce sanctuaire pour eux tout seuls, au contraire de la communauté religieuse qui vit actuellement sur le site et qui doit partager ce lieu saint avec une armadas de touristes dégainant leur appareil photo à la moindre occasion. 

A la fin de la journée et demi de visite, j'avais l'impression que le Mont Saint-Michel m'était devenu familier et la magie semblait disparaître. Il a fallu partir, revoir de loin son imposant profil pour ressentir à nouveau sa majesté. Nous avons pris notre dernier dîner non loin du rocher. N'étant pas très loin non plus de notre logement, nous sommes rentrés à pied, marchant le long du Couesnon. Dans la nuit noire se détachait le Mont Saint-Michel tout illuminé, formant une auréole de lumière sur les nuages qui le surplombaient. Avec ma copine, on avançait en marche arrière pour profiter de cette vision. Je crois qu'on aurait pu s'arrêter et discuter pendant un long moment sans détacher notre regard du Mont Saint-Michel. J'espère un jour y retourner, remarcher entre ses pierres tout en écoutant les goélands volaient au dessus de ma tête et en respirant l'air iodé normand.

samedi 11 juin 2016

Podcast créatif #18

Ca faisait longtemps que je n'avais pas tourné d'épisode, mémoire oblige... Mais me voici de retour (d'où les 52 min de vidéo) ! Je vous parle donc de ce que je me suis permis de réaliser durant le chargé mois de mai et ce que j'ai fait depuis que je suis libérée de la rédaction de mon mémoire.



Broderie :
- "The Daisy Girl" par Sandy Orton
- "La tite cabane" par Isabelle Haccourt Vautier

Tricot :
- "Moonlight Socks" en laine Rico Design Superba Las Vegas
- Beguen (ou begeen) d'Ouessant en laine 100 % acrylique
Achats : Balade de Cheval Blanc, Highland de Holstgarn, Crazy Zauberball de Schoppel-wolle, et Shepherd Sock de Lorna's Lace.

Crochet :
- Panier au crochet (article ici)
- Oogie Boogie (article juste en dessous !)
- Babioles et napperon

Couvertures :
- Couverture Lustucru : laine Eco + et Ecological Wool de Cascade Yarns
- Couverture multicolore : faite à partir d'écheveaux de laine DMC Colbert

Couture : 
Achat : Couture Inspiration Vintage d'Angélique Urvoy, quelques tissus en brocante

jeudi 9 juin 2016

Un Oogie Boogie au crochet pour la fête des mères

Ah bah oui hein, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu du retard pour un article ! Faut dire que j'étais un poil occupée ces derniers temps... Donc je reviens aujourd'hui pour vous parler du petit cadeau que j'ai fait pour la fête des mères : un Oogie Boogie !

Si vous le ne savez pas, Oogie Boogie, c'est le méchant dans l’Étrange Noël de Mr Jack. Ma maman étant fan de Tim Burton, et aux vues du succès du Totoro que je lui avais précédemment fait, je me suis dit qu'une petite création main pouvait bien lui plaire ! J'ai dû faire ça le soir, quand elle était couchée, dans le plus grand des secrets...


J'ai filmé quelques moments de la réalisation, pour vous proposer une vidéo d'un autre genre. L'idée me trottait dans la tête depuis un moment, je l'ai enfin mise à exécution ! Pour récapituler rapidement, ce projet, il était plutôt chouette à réaliser. Le patron (ici), gratuit et en anglais, n'est pas trop compliqué, même si j'ai parfois butté sur certaines explications (mais ça, c'est parce que j'étais fatiguée !). J'ai surtout galéré pour coudre la tête et le corps ensemble, surtout pour avoir une bouche bien ouverte (la partie inférieure allait trop vers l'intérieur, j'ai dû légèrement bidouiller...). Bon je vous le dit tout de suite, la couture à l'arrière du cou, c'est pas la plus belle, mais bon ça se voit pas ! Je l'ai tricoté avec de la Katia Merino Tweed, idéale pour ce projet ! Une jolie pièce de plus pour la collection de ma maman ;). 

jeudi 12 mai 2016

Le Swap des Podcasteuses

Bonjour tout le monde !
Je reviens vers vous pour vous parler d'un énoooorme swap auquel j'ai participé et qui, pour ma part, s'est achevé hier (bah oui tout le monde n'a pas encore reçu son paquet !). Il s'agit du Swap des Podcasteuses, qui concerne toutes les podcasteuses créatives. Les podcasts créatifs ont commencé à se répandre depuis un peu plus d'un an maintenant sur le Youtube français et pour ma part, ça fera un an en août prochain. Une véritable communauté où l'on partage majoritairement sa passion des arts du fil (donc étrangement, c'est surtout un milieu de filles, mais on attend que les garçon s'y mettent !). De fil en aiguille, on a également commencé à parler d'un peu de tout, si bien que chaque nouvelle vidéo est comme une discussion que l'on aurait chez une amie autour d'une tasse de thé. Bref, le principe du swap, vous le connaissez, c'est envoyé un paquet rempli de surprises à quelqu'un et inversement. Aglaé Laser et AG Couture ont pris l'excellente initiative d'en organiser un, afin d'amener encore plus loin le partage. Le swap était d'autant plus intéressant que nous de savions pas qui était notre swappeuse, donc de qui nous allions recevoir notre colis... Suspens insoutenable ! Du coup, après avoir appris le nom de notre swappée le 1er avril (on a eu le droit à notre poisson, ne vous inquiétez pas...), on avait jusqu'au 31 mai pour envoyer notre paquet, dont le budget était fixé à 25 €. 

Mon paquet à Cynthia

Quelle aventure que de concocter un joli colis pour Cynthia, alias les Fées de Tya ! Il faut dire que quand j'ai su qu'elle était ma swappée, elle n'avait sorti qu'un épisode de podcast... Du coup, j'ai passé au peigne fin son blog, son instagram, son ravelry, le deuxième épisode sorti entre temps... pour aboutir à ceci :


Il y avait certains critères à respecter : un cadeau pour améliorer le podcast, un cadeau fait-main, un cadeau pour les loisirs et des gourmandises. Pour le premier critère, j'ai choisi de lui faire un "grimoire" pour qu'elle puisse noter tout ce qu'elle veut dire pour son podcast, épisode après épisode. Ce que vous ne voyez pas, c'est que je me suis amusée à peindre toutes les pages du carnet avec du café pour faire un effet vieux parchemin. Bon, l'aspect grimoire se perd un peu beaucoup pour la couverture, beaucoup trop nette, mais bon je ne suis pas une pro, malheureusement car j'adorerais faire des choses comme ça ! La petite touche perso, c'est d'avoir écrit "les fées de Tya" en elfique, grâce à ce site. Pour le cadeau fait-main, une jolie broderie évoquant le goût des romans fantastiques de Tya ! Faire un cadeau au point de croix me tenait à cœur, parce que c'est quelque chose qu'on voit peu dans les podcasts créatifs, et zut, on peut faire des choses vraiment trop sympas au point de croix ! Pour les loisirs, je me suis concentrée sur le tricot et la couture : un écheveau alpaga et soie de Malabrigo, dans ce qui semble être son violet préféré (le hasard fait bien les choses, même si je savais qu'elle aimait le violet), une pelote pour faire des chaussettes rouges et noires, digne du comte Dracula, une pelote à teindre et de jolis coupons de tissus sucrés. Pour les gourmandises, du chocolat, une sucette à la cerise, des cookies, une préparation pour flan et du rooibos à l'orange. Enfin, j'ai dessiné un petit chat de Cheshire pour faire la carte qui accompagne le menu du swap. Et donc voici la vidéo de déballage de son colis :


J'étais très fébrile devant la vidéo, comme si j'assistais en direct au déballage (alors que non techniquement) et je n'espérais qu'une chose : que ça lui fasse sincèrement plaisir. Je pense avoir rempli le contrat et j'en suis très heureuse !

Mon colis par Anne-Sophie (alias Dudette)


Rien qu'avec cette photo, vous comprenez que j'ai été extrêmement gâtée ! Des patrons que je rêvais d'avoir, des couleurs de laine sublime, du chocolat de la mort qui tue, des cookies maisons délicieux, de superbes choses à tester comme les vernis, le masque pour le visage, le thé et les gaufres, un porte clé Joker sur lequel j'avais déjà louché, un superbe Jack en pâte à sel (personnage que j'adore comme beaucoup de gens je pense)... Et je pense que mon enthousiasme face à tant de générosité se ressent très clairement dans la vidéo de déballage :


Encore mille merci Anne-So' pour ce colis de l'amour, toi aussi tu as parfaitement rempli ton contrat <3

Bilan de ce swap : si l'année prochaine on recommence, je me réinscris ! C'est un peu un second Noël, en milieu d'année... J'aime beaucoup l'idée de faire un paquet rempli de plein de petites choses qui feront plaisir, comme j'avais pu le faire pour le calendrier de l'avant de mon chéri. Le faire pour quelqu'un que l'on connait, c'est chouette évidemment, mais le faire pour quelqu'un que l'on ne connait pas, il y a un challenge très intéressant ! Bref, tout ça pour dire que c'était une superbe expérience, donc encore merci Aglaé Laser et AG Couture pour avoir organisé ça et merci à Cynthia et Anne-Sophie d'avoir été mes compagnes !

J'en profite également, si vous souhaitez découvrir nos petits univers, de consulter la Compil des Podcasts tenue de main de maître par Aglaé !

mardi 10 mai 2016

Panier au crochet #2 (+ tuto)


Il y a quelques semaines, ma maman avait trouvé en brocante deux pelotes de trapilho (entâmées), l'une noire et l'autre rouge. Et c'est bien tombé, parce que j'avais bien envie de refaire un panier au crochet (mon premier panier ici), mais comme les couleurs ne sont pas trop celles que je préfère (bien que le résultat est super), et bien le panier est pour maman !

Et tadaaaa ! Attention, image trompeuse : ma maman ne tricote pas, c'est une suggestion de présentation ;)

Deux choses (hormis la bichromie) ont renouvelé mon expérience : un tissu plus épais et une meilleure réalisation du fond. Les pelotes n'avaient plus leur étiquette, mais le tissu était plus épais que pour mon précédent panier. Avantage : meilleure tenue ; Désavantage : ça fait mal au pouce (mon pauvre, il a souffert !). Et donc le fond, qui ressemble à un beau cercle et non à un hexagone ! J'ai fais attention à décaler les augmentations pour obtenir ce résultat, que je trouve beaucoup plus joli. Du coup, si cela peut vous intéresser, je vous fais un "pseudo" tuto pour faire un panier similaire (j'espère que ce sera compréhensible !) : 


ms : maille serrée
1 aug : deux mailles serrées dans la même maille
ml : maille levée

  • Faire 6 mailles dans un cercle magique.
  • Rang 1 : 2 ms dans chaque m. (12 mailles)
  • Rang 2 : 1 ms, 1 aug, 1 ms, 1 aug... (18 mailles)
  • Rang 3 : 1 aug, 2 ms, 1 aug, 2 ms... (24 mailles)
  • Rang 4 : 2 ms, 1 aug, 3 ms, 1 aug, 3 ms... 1 ms (30 mailles)
  • Rang 5 : 1 aug, 4 ms, 1 aug, 4 ms... (36 mailles)
  • Rang 6 : 2 ms, 1 aug, 5 ms, 1 aug, 5 ms... 3 ms (42 mailles)
  • Rang 7 : 1 aug, 6 ms, 1 aug, 6 ms... (48 mailles) 

.... continuer selon ce principe si vous le souhaiter plus grand.

  • Faire 1 ms dans le brin arrière de chaque maille
  • Faire plusieurs rangs de mailles serrées jusqu'à obtenir la hauteur désirée
  • Pour les anses (sur la base de 48 mailles) : 8 ms, 8 ml, sauter 8 m, 16 ms, 8 ml, sauter 8 m, 8 ms 
  • Terminer par deux rangs de mailles serrées


J'adore le rendu de ces paniers crochetés ! J'en ferais très probablement d'autres, mais en attendant, je vous laisse le loisir d'en faire vous aussi et de remplir vos maisons de tout plein de paniers colorés !