lundi 30 novembre 2015

Calendrier de l'avent 2015


Demain, nous serons le 1er décembre et mon chéri ouvrira donc le 1er cadeau de son calendrier :)

Déjà l'année dernière, j'avais voulu faire un calendrier de l'avent personnalisé, mais je m'y étais pris trop tard... Cette année j'ai donc été un peu plus prévoyante ! Je ne me suis pas imposée trop de contraintes : pas de calendrier à part entière à remplir, ce qui m'a permis de prendre des cadeaux de tailles diverses (et c'était déjà suffisamment difficile comme ça !). J'ai rangé le tout dans un boite - et y'aurait pas fallu un cadeau de plus, ça ne serait pas rentré... C'est un projet très rigolo à faire, parce qu'il faut vraiment se creuser les méninges pour proposer des cadeaux de toutes sortes qui puissent plaire ! Il fallait, pour moi, que ce soit à la fois ludique, utile, touchant, gourmand... Bien évidemment, je recommencerai l'année prochaine, probablement sous une autre forme, un autre concept ! Là c'est vraiment basique, trouver 24 cadeaux et les emballer, point !

Voici le butin :

  • Une guirlande et un bonnet de Noël
  • Des Ferreros (répartis en 8 fois)
  • Des décos Scooby-Doo et une Mystery Machine à faire soi même
  • Des bons
  • Des chaussettes (parce qu'il en avait besoin)
  • Un livre de recette en forme d'emmental
  • Un tube pour faire des bulles
  • Un Playmobile pêcheur
  • Un dessin en points à relier
  • Une lotion capillaire
  • Un alien en origami
  • Un coeur au crochet
  • Un badge au point de croix Roger Federer
  • Des photos de nous deux (c'est le morceau de carton avec le Pusheen dessus)
  • Des cartes à gratter


Et vous, faites-vous des calendriers personnalisés ?

mardi 24 novembre 2015

Du Bio dans ma salle de bain

Aujourd'hui, je vous propose un article différent de ceux que je vous propose d'habitude, mais que j'avais très envie d'écrire. En effet, depuis plus d'un an et demi, j'ai opéré un changement en ce qui concerne mes achats de produits cosmétiques et hygiéniques : je n'achète plus que du bio / du naturel. 

Tout a commencé avec un documentaire, "Gel douche, peaux sensibles s'abstenir", dont je vous conseille le visionnage. Je me suis presque rendue aussitôt après dans une biocoop acheter du vrai savon de Marseille tant ça m'a traumatisé... Après quoi, j'ai commencé à vouloir m'informer sur le sujet et je suis tombée sur l'excellent blog Les Cheveux de Mini, qui m'a appris beaucoup de choses en matière de soins capillaires bio et naturelles et autres produits cosmétiques. Au fur et à mesure de mes recherches, j'ai pu constater à quel point tous les produits conventionnels que je pouvais acheter étaient bourrés de produits chimiques, certains étant particulièrement irritants et agressifs. Alors certes, je n'avais jamais eu de problèmes cutanés ou quoi que ce soit, mais c'est quelque chose qui est cumulatif, sur le long terme, on ne voit pas les conséquences d'un usage fréquent de ce type de produits dans l'immédiat, mais plusieurs années après - comme cette dame dans le reportage qui du jour au lendemain devient allergique au methylisothiazolinone, présent dans beaucoup de cosmétiques et très allergisant. Donc, j'ai préféré suivre le dicton " mieux vaut prévenir que guérir " et j'ai commencé à changer mes habitudes de consommation. 

L'article qui suit n'a pas pour but de vous convertir, mais plutôt pourquoi pas de vous amener à vous questionner à travers mon expérience de ce type de produits. Ce changement est pour moi très positif : beaucoup de désagréments que je pouvais avoir auparavant ont disparu, et c'est aussi un moyen de faire un geste pour la planète en rejetant moins de déchets, que se soit dans ma poubelle ou dans les eaux usagées. J'espère que cette article vous intéressera :) - des compléments d'informations sont en lien, y'a juste à cliquer sur les mots verts ! 


Sous la douche : corps et cheveux
  • Comme je l'ai dit plus haut, le documentaire sur les gels douches m'a beaucoup marqué. Du coup, exit les gels douches conventionnels, je suis passée au savon de Marseille. J'aime bien me doucher au savon, ça a une texture plutôt crémeuse que je trouve très agréable et ça à l'avantage de se rincer très vite, idéal pour les douche express' ! Actuellement, je suis repassée à un gel douche, mais bio cette fois, en bidon de 1 litre. Savon et gel douche en format 1L, ça a l'avantage de durer longtemps : pas besoin d'en racheter toutes les 5 min, et ça fait moins de déchets niveau emballage. De ce changement, je constate simplement que ma peau est moins sèche - du coup, même plus besoin de lait pour le corps ! 
  • En ce qui concerne mes cheveux, le changement a tout simplement été radical : ils étaient secs, s'emmêlaient très facilement, graissaient vite, ne poussaient pas des masses, étaient très abîmés aux pointes avec parfois des problèmes de pellicules. Depuis que je suis passée aux soins bio et naturelles, c'est tout le contraire : ils sont doux, brillants, ils poussent plus vite, je n'ai plus de nœuds ni de pellicules et comme ils graissent moins vite, je peux espacer mes shampoings de six jours. J'ai également acheter une brosse en poils de sanglier qui respecte beaucoup plus mon cuir chevelu. Passons maintenant aux produits que j'utilise actuellement. Tout d'abord, le shampoing des familles de Douce Nature : c'est vraiment avec ce shampoing que mes cheveux ont fini de graisser dès le lendemain ! En bidon d'1L là encore, ça fait des économies ! J'aimerais ceci dit tester le shampoing family brillance de Santé Naturkosmetik, car je suis très fan de leur après-shampoing au bouleau bio ! En plus de sentir très bon, pas besoin de beaucoup de produit pour que les cheveux soient parfaitement démêlés (ceci dit, même quand je ne l'utilise pas, pas de sac de nœuds !). Enfin, quand j'y pense, j'utilise une eau vinaigrée en dernière eau de rinçage, ce qui rend les cheveux encore plus brillant ! Quand aux soins annexes, il m'arrive de faire des masques au lait de coco, pas cher et super efficace. 
Si le sujet vous intéresse, surtout pour les cheveux, je ne peux que vous recommander le blog des Cheveux de Mini - dont voici le sommaire - que je trouve très pédagogique - à votre guise d'aller par la suite surfer sur d'autres blogs de ce genre :) Et si vous décidez de franchir le pas, pourquoi ne pas commencer par son article " Débuter dans le naturel. Pas à pas ". 

Devant le miroir
  • Commençons par le plus court : le dentifrice. Je n'ai jamais eu trop de soucis avec les conventionnels, sauf un. Pour vous expliquer, j'ai quelques dents qui peuvent parfois être très sensibles et me provoquer une douleur très aiguë, généralement quand je mange un truc trop sucré. Bah il m'est arrivé le même genre de douleur avec le dit dentifrice. J'ai commencé avec la pâte dentifrice saline de Weleda et j'utilise actuellement le basis sensitiv de Lavera qui a un bon petit goût mentholé. 
  • Pour le maquillage aussi ça va aller vite, car je me maquille très peu : non seulement je n'en mets pas beaucoup - eyeliner et mascara - mais en plus je me maquille peut-être une à deux fois dans la semaine. Donc, je n'ai pas grand chose à dire niveau produits de maquillage, à part que les miens sont de la marque Lavera et de la marque Benecos. En revanche, Pin up Bio devrait pouvoir répondre à vos questions - clique ici pour voir ses articles sur le maquillage. Mais j'aimerais quand même vous parler d'un truc génial, le gant démaquillant bio ! Le principe est simple : vous humidifiez bien le gant, vous vous démaquillez dedans et quand c'est fini, vous passez du savon d'alep sur les parties sales, vous frottez, rincez, et le voilà redevenu tout blanc ! Si si ça marche, je peux vous l'assurer, il redevient tout blanc. L'avantage de ce gant est d'une part qu'il démaquille complètement, pas de résidus comme avec un produit démaquillant classique et un coton, et d'autre part qu'il est idéal pour les personnes qui se maquillent peu comme moi - ma bouteille de lait démaquillante que j'avais avant était ouverte depuis presque un an et demi et j'étais à peine à la moitié, bonjour le gaspillage. Et puis de temps en temps, vous passez le gant en machine, il durera ainsi des années - j'ai une tante qui peut en témoigner ! 
  • Enfin, les soins du visage. Pour le laver, j'utilise désormais un simple savon avec un gant de toilette, au lieu d'une eau micellaire qui me laissait la désagréable sensation d'avoir du produit sur ma peau au lieu d'une peau toute propre. Banal me diriez vous, mais j'avais oublié à quel point c'était agréable de se masser le visage avec son petit gant de toilette :). En ce qui concerne les crèmes hydratantes que l'on peut se mettre au petit matin ou avant d'aller se coucher, je n'en ai jamais trop utilisé : trop fainéante je pense pour y penser tous les jours peut-être. Seulement voilà, mon nez et mes pommettes présentent des "jolies" rougeurs. Cela est dû à des années de mauvais traitement, un tic, je me frottais sans arrêt à cet endroit : du coup, rongeurs et peau très sèche. J'ai essayé beaucoup de choses pour atténuer tout cela, mais rien n'y fait, c'est toujours aussi sec, peut -que cela s'arrangera le temps. Ceci dit, y'a des produits qui m'ont permis d'atténuer les rougeurs, qui sont moins étendues qu'auparavant. Non non, ce n'est pas la crème qui coûte un bras qui est à l'origine de ce progrès, mais le gel d'aloé vera et l'huile de noisette. Le gel d'aloé vera, c'est ce que j'utilisais au départ, quand j'ai commencé à tester les produits naturelles : ça a fait son effet, mais j'ai arrêté car j'avais l'impression d'avoir une pellicule sur la peau, c'est pas ce que je préférais. L'huile de noisette, c'est venu juste après. Quand je me fais un gommage (avec du miel et du sucre, tout simplement), je m'applique par la suite de l'huile et aimant beaucoup ce type de soin, j'ai cherché une huile que je pouvais mettre en guise de crème de jour. Je suis tombée sur un article qui me proposait donc l'huile de noisette, qui en plus de rendre ma peau un peu moins sèche, me protège des petits boutons d'acné qui pourraient se taper l'incruste ! 
La mauvaise semaine du mois
  • Ça va être probablement le paragraphe le moins glamour de l'article. Pour faire simple, j'utilisais auparavant des tampons d'une marque très célèbre, et pis je suis un jour tombée sur l'article de Pin up Bio " Faut-il porter des protections hygiéniques " qui m'a grandement intéressé et qui m'a amené à me questionner. Il est vrai que c'est un peu paradoxal de mettre en contact avec nos muqueuses un machin imprégné de produits chimiques dont on ne sait rien - il y a peu, une pétition sur internet circulait pour que Tampax affiche la composition de ses tampons sur les paquets, pétition née après qu'une mannequin américaine est perdue sa jambe à cause d'un tampon. Du coup, quelle solution, passer aux tampons bio ? C'est la solution que je pense retenir, mais seulement si je veux aller à la piscine durant la semaine fatidique. Car il y a aussi la question des déchets et c'est une chiffre somme toute colossal. Du coup plusieurs solutions : la coupe menstruelle, les serviettes hygiéniques lavables et le flux instinctif. La coupe, sincèrement, non, pas très envie de mettre ce gros machin. Le flux instinctif, c'est bien tentant, mais comme je vous l'ai dit plus haut, je suis une grosse feignasse, donc un peu la flemme d'essayer - mais j'admire tellement les femmes qui y arrivent, parce que c'est vrai qu'il n'y a rien de plus naturel que cette solution. Du coup, j'ai passé commande de serviettes lavables. Pour avoir déjà porter dans ma vie des serviettes hygiéniques classiques, je peux vous dire que c'est le jour et la nuit : les classiques, faut dire ce qui est, ça colle et ça pue, tandis que les lavables, en coton bio, et bah ça absorbe bien mieux, ça ne colle pas du tout et ça ne pue pas - oui oui, une serviette lavable usagée que vous avez dans votre sac n'empeignera en aucun cas le dit sac d'une odeur fort désagréable ! J'en possède trois grandes et trois petites, ce qui me suffit amplement : étant donné qu'on doit de toute façon les prélaver pour enlever le sang avant de les passez en machine, je lave à la main celles que j'ai utilisé dans la journée pour pouvoir les réutiliser les jours suivants et je les passe en machine quand je n'ai plus mes règles. Alors oui, prélaver ou laver à la main ses serviettes, c'est un petit inconvénient et pour certains, ce serait un retour en arrière niveau confort, un peu comme du temps de nos grand-mères. Ce que j'aime dans cette solution, c'est finalement que je suis sortie du cercle vicieux du commerce des produits hygiéniques : mes règles, c'est naturel, et je suis plus obligée de dépenser une certaine somme tous les mois pour ne pas tâcher mon pantalon. C'est économique, écologique et meilleur pour ma santé - car oui, depuis que je les utilise, plus aucune démangeaison ! Pour tout ça, je veux bien faire ma petite lessive tous les soirs.
Si vous avez lu tout ce qui précède, je vous félicite pour votre courage ! C'est vrai que c'est un article vraiment très long, mais c'est un sujet qui me tenait à cœur, car je trouve ça dingue que des produits qu'on utilise quotidiennement soient parfois si mauvais. La faute ne revient pas totalement aux industriels : après tout, qui veut un gel douche qui mousse beaucoup et qui sent la tartelette à la fraise ? Nous. Acheter ou non des produits bio / naturelles n'est pas tant une question d'efficacité - j'ai déjà testé un shampoing bio qui s'est révélé être une véritable catastrophe pour moi - mais plutôt une question d'écologie et de santé. On vit dans une sorte de soupe chimique car on trouve des produits chimiques partout : et si on cherchait à en réduire la concentration, pour notre santé et celle de nos proches et pour la planète ? Économiquement, sincèrement, ce n'est pas plus cher. Il y a des produits qui sont plus chers, comme pour les produits conventionnels, mais y'en a aussi de très abordables - et ça dépend aussi du magasin où vous les achetez. Il faut simplement se renseigner :).

J'espère que cet article vous aura plu, qu'il vous aura intéressé et surtout qu'il aura suscité votre curiosité sur le sujet :). En tout cas en ce qui me concerne, je vais continuer dans cette voie car elle me réussit bien ! N'hésitez pas à poser des questions en commentaires, j'essayerais d'y répondre le mieux possible :). 

mercredi 11 novembre 2015

Podcast créatif # 7


Septième épisode de mon podcast créatif, et pleins de choses à vous dire, comme d'habitude ! 
Bon visionnage :)


Projets terminés :
- "La Clef" de Nimuë
- Châle Jay Bird de Drops (laine : Drops Delight)

Projets en cours :
- Les Chaussettes de la Schtroumpfette (laine : Superba prenium de Rico Design)
- Mici la sirène, doudou Lalylala (laine : Superba prenium de Rico Design)
- Sly Cooper au point de croix (modèle perso)

Projets futurs :
- Des petites décorations de Noël


Petit dessin de la veille... Joker, again !

samedi 7 novembre 2015

Châle Jay Bird

Mon premier châle est tombé de mes aiguilles : il s'agit d'un modèle gratuit Drops nommé Jay Bird, que j'ai offert à ma chère maman pour son anniversaire :)

Taille : 137 x 60 cm
Laine utilisée : Drops Delight (mauve-rose) x6

Ce châle est en soit un paradoxe : je le trouve très joli, mais je n'aime ni le modèle, ni la laine que j'ai employé ! D'une part, le modèle ne suit aucune "règle" précise. Ce châle est constitué de huit séries de rang raccourcis : le modèle indique comment faire les deux premières, vous dit de continuer ainsi jusqu'à faire huit séries et qu'à la fin de l'ouvrage, vous devez arriver à environ 206 mailles. J'en ai déduit le principe suivant : la première série comportant 10 augmentations et la seconde 12, je me suis dis que la troisième en comporterait 14, la quatrième 16 etc. Couplons à cela que pour chaque série, on doit faire autant de rangs qu'il y a de mailles au départ. Ces deux "règles" ne fonctionnent cependant pas ensemble... Pour les dernières séries, si je faisais autant de rangs qu'il y avait de mailles au début de la série, je me retrouvais à faire "trop" d'augmentations. Bref, j'ai suivi ces deux principes (qui ne sont pas clairement énoncés je précise) mais il m'a fallut faire du bricolage. En même temps, quand on vous dit que vous devez arriver environ à 206 mailles à la fin (dans mon cas 196), faut se douter qu'au final, vous allez faire le châle un peu à votre sauce. 

Et la laine, on en parle ? Parce que ce projet à quand même mal commencé : lors du montage des mailles, j'ai cassé trois fois le fil. Du coup, je ne lui ai pas trop fait confiance tout au long de l'ouvrage et j'avais vraiment peur qu'en plein milieu il ne me refasse faux bon. C'est également une horreur à détricoter si vous faites une erreur. Cela est peut-être dû au fait que c'est une laine mèche et donc que la maille que l'on détricote a potentiellement plus de chance de s'accrocher à la maille d'en dessous. Pour la bordure, je n'ai pas suivi le modèle et j'ai réalisé une simple bordure de mailles serrées (deux dans chaque maille pour garder de la souplesse). 

Malgré tout, je trouve le résultat réussi et j'aime  bien le principe de rangs raccourcis avec une laine autorayante. En plus, il est bien chaud et remplit parfaitement son rôle, soit garder les épaules de ma maman au chaud lorsqu'elle bouquine :) 


PS : si vous envisagez de le faire, 300 g. de laine suffisent largement au lieu des 350 g. recommandés (oui, j'ai presque deux pelotes entières qui me restent les bras et dont je me serais bien passée !).